Stade El Sadar à Pampelune

Stade El Sadar à Pampelune

En 2020, à l’occasion du centième anniversaire de la fondation du CA Osasuna, parmi les nombreux évènements au programme, le club a décidé de rénover l’achèvement du stade El Sadar.

Initialement inauguré le 2 septembre 1967 par un match entre les espagnols du Real Saragozza et les portugais du Vitoria Setubal, El Sadar a pris la place du vieux stade San Juan ainsi que le nom de la rivière Sadar, qui passe juste à l’ouest de la ville. Il pouvait accueillir au début 25 000 spectateurs dont 7 000 assis.

La rénovation du stade a été confiée à OFS Architects, une des agences d’architecture espagnoles les plus importantes, avec son projet « RED WALL » pour lequel ont été alloués 16 millions d’euros en prévision d’une extension de la capacité allant jusqu’à 24 500 sièges, dont 1 500 debout, afin de répondre à la demande explicite des supporters rojillas les plus passionnés.

La partie transparente de la couverture de protection des tribunes a été réalisée avec notre produit Grecapiù 40/10 5G, une plaque nervurée à structure alvéolaire d’une épaisseur de 10 mm, coloris opalin, pour un total de 4850 m².

La coloration opaline permet de distribuer uniformément et sans éblouissement la lumière qui la traverse, en masquant partiellement son intensité pour procurer un confort visuel exceptionnel aux personnes se trouvant dans les tribunes.

Les plaques ont été réalisées d’un seul tenant pour couvrir toute la surface sur 1,37 mètre de long.

Pour éviter que la saleté ne pénètre à l’intérieur, elles ont été, si possible, scellées en usine par thermosoudure. Les plaques installées aux quatre coins ont été découpées sur place et scellées avec du ruban spécial en aluminium.

Le montage a été effectué sur une structure porteuse avec des traverses perpendiculaires au développement de la plaque, positionnées à un pas de 2,33 mètres. Pour cette distance, il a fallu doter les plaques d’un renfort en aluminium sous chaque joint et aux endroits les plus sollicités, y compris sous l’onde greca centrale de chaque plaque.

Les jonctions latérales entre les différentes plaques ont été protégées par des tôles continues, tandis que la fixation à la sous-structure a été réalisée au moyen de vis autoportantes. Ces dernières ont été dotées, en fonction de leur position, d’une rondelle baz (sur les ondes greca recouvertes de tôles continues) ou d’un bouchon (sur les ondes greca centrales).